Introduction générale à la sémiotique narrative :
  1966 est l’année où Algirdas Julien Greimas a publié son célèbre livre La Sémantique Structurale qui se considère comme la base initiale d’une école nommée « l’Ecole de Paris ». Et bien que le titre du livre renvoie à la problématique de la sémantique et les moyens avec lesquels elle est étudiée, il présente, en effet, un programme théorique d’un courant Sémiotique qui s’intitule la Sémiotique Narrative.

introduction générale à la sémiotique

      Ce modèle connait aux années soixante-dix une large propagation en France et dans beaucoup d’autres pays. Aux années suivantes, Greimas publiera un ensemble de livres ou il a essayé de raffiner et de modifier son modèle théorique. De ces livres, on cite : Du Sens I, Du Sens II et son Dictionnaire Sémiotique[1] écrit en collaboration avec ces livres et d’autres, Greimas a jeté les bases d’un grand courant connu par son excellente approche des textes narratifs.

      Lors du colloque intitulé « Greimas aujourd’hui, Du sens et des langages » qui a eu lieu les 22 et 23 Novembre 2016, Mr. Benmsila affirme en définissant la sémiotique que c’est un style de vie. L’interprétation d’un tel énoncé peut nous conduire à découvrir l’utilité de la sémiotique et sa nécessité qui la rend non seulement comme une liste de concepts et de règles, mais aussi une manière de vivre et de voir les choses.

      Nous allons présenter, alors, comment la sémiotique est pratiquée dans le cadre de l’Ecole de Paris. Comment étudie-t-elle les systèmes de signification ? et comment peut-on comprendre la construction du sens dans notre corpus objet d’étude.

Beaucoup de travaux ont été faits sur cette problématique et ils ont été une mise à l’épreuve de la théorie greimassienne. Cela nous a conduit, en fait, à choisir de continuer sur les mêmes pas et travailler sur un film américain « The Shawshank Redemption » (ou « Les Evadés ») en français qui a connu un grand succès, ce qui l’a mis au centre de beaucoup d’analyses et de critiques, mais qui étaient toujours des analyses sémiologiques et non pas sémiotiques.

      Pour aborder notre problématique, nous étudierons dans un premier temps les principes et les niveaux d’analyse de la sémiotique. Puis, dans un deuxième temps nous présenterons les composantes narrative et discursive, pour finir par une deuxième partie dans laquelle nous appliquons cette théorie sur notre corpus choisi.


 [1] Greimas, A, J. et Courtès, J. : Sémiotique : Dictionnaire raisonné de la théorie de langage, Paris, Hachette Université, Tome I, 1972